Actionnaires de CELLECTIS

Bonjour et bienvenue sur le site dévolu aux actionnaires de CELLECTIS.

Si vous souhaitez devenir un membre actif et disposer d'informations plus amples : vous devez vous enregistrer. Sinon certaines zones du forum ne vous seront pas accessibles.

Dans tous les cas, profitez du flow d'informations sur le secteur des biotechnologies et les nouvelles passionnantes sur les cellules souches...
Actionnaires de CELLECTIS

Echanges d'informations & association des intérêts des minoritaires

Flux RSS

free counters

    Des cellules souches avec un coeur

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 288
    Points : 768
    Réputation : 1
    Date d'inscription : 24/10/2010
    Age : 37
    Localisation : Gattaca

    Des cellules souches avec un coeur

    Message  Admin le Dim 8 Mai - 8:06





    Le QT long est un trouble cardiaque. Cette maladie affecte la capacité du coeur à se recharger après chaque battement (laps de temps entre la dépolarisation et la repolarisation des ventricules), provoquant évanouissements, syncope et pouvant aller jusqu'à provoquer une mort subite. Une étude du Technion publiée dans la revue Nature de Janvier 2011 montre la capacité des cellules souches pluripotentes induites humaines (iPSCs) à recréer - dans une boîte de Pétri - le syndrome du QT; ce qui permet aux chercheurs de modéliser l'anomalie cardiaque et d'identifier des nouveaux agents thérapeutiques potentiels.

    Dirigée par le professeur Lior Gepstein de la Faculté de Médecine Rappaport, l'équipe de recherche a obtenu des cellules cutanées d'un patient atteint d'un syndrome du QT long. Les scientifiques du Technion ont transformé les cellules cutanées en iPSCs. Ils ont ensuite obtenu à partir de ces cellules souches multitâches, des cellules cardiaques. Ces nouvelles cellules cardiaques montrent une activité électrique anormale, imitant celles du coeur du patient, et permettant aux scientifiques de tester l'efficacité de nouveaux traitements sur les cellules.

    Alors que certains patients acquièrent le syndrome après la prise de certains médicaments, le patient du Professeur Gepstein était une femme de 28 ans atteinte d'une forme héréditaire de la maladie - de type 2 LQTS - due par une unique mutation génétique. Dans ce cas, les cellules cardiaques dérivées des iPSCs ont montré la même longue période de repolarisation des ventricules et une arythmie typique des coeurs des patients touchés par le syndrome du QT long.

    => Les cellules cardiaques dérivées des cellules souches pluripotentes induites

    L'étude présente un nouveau paradigme pour aider les scientifiques à en savoir plus sur le fonctionnement d'une maladie comme le syndrome du QT long au niveau cellulaire. Le professeur Gepstein a dit que la maladie "pourra être étudiée au niveau unicellulaire ou pluricellulaire, et cela ne nécessitera pas un organe entier, que l'on ne peut évidemment pas créer".

    Mais cela a aussi offert un aperçu du futur de la médecine personnalisée, où une cellule du patient peut être utilisée pour déterminer quel traitement pourrait le mieux fonctionner - ou devrait être évité - pour une condition particulière. De plus, comme les biopsies cardiaques par exemple, sont difficiles à obtenir, cette méthodologie utilisant les iPSCs offre également une nouvelle manière d'étudier les cellules malades qui ne peuvent pas être soustraites du corps humain. Les chercheurs de la communauté internationale utilisent également les iPSCs pour étudier d'autres maladies cardiaques et des troubles du système nerveux comme la maladie de Parkinson, d'après le Professeur Gepstein.

    Cette équipe de recherche du Sohnis et Forman Families Center of Excellence for Stem Cells and Tissue Regeneration est composée entre autres des professeurs Ilanit Itzhaki, Leonid Meizels et Irit Huber.


    BE

      La date/heure actuelle est Jeu 15 Nov - 10:15