Actionnaires de CELLECTIS

Bonjour et bienvenue sur le site dévolu aux actionnaires de CELLECTIS.

Si vous souhaitez devenir un membre actif et disposer d'informations plus amples : vous devez vous enregistrer. Sinon certaines zones du forum ne vous seront pas accessibles.

Dans tous les cas, profitez du flow d'informations sur le secteur des biotechnologies et les nouvelles passionnantes sur les cellules souches...
Actionnaires de CELLECTIS

Echanges d'informations & association des intérêts des minoritaires

Flux RSS

free counters

    Accord de licence record pour une biotech française ( Innate Pharma )

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 288
    Points : 768
    Réputation : 1
    Date d'inscription : 24/10/2010
    Age : 37
    Localisation : Gattaca

    Accord de licence record pour une biotech française ( Innate Pharma )

    Message  Admin le Sam 9 Juil - 12:55


    Le laboratoire américain BMS versera au marseillais Innate Pharma un premier paiement de 35 millions de dollars, suivi de paiements d'étape en fonction de la réalisation de certains objectifs. Au total, la transaction pourra atteindre 465 millions de dollars.

    Jour faste pour la biotechnologie française. Innate Pharma, une jeune pousse de Marseille spécialisée en immunothérapie, vient de conclure avec l'américain Bristol-Myers Squibb (BMS) le plus important accord de licence jamais signé par une biotech de l'Hexagone. L'opération porte sur le développement et la commercialisation du produit baptisé IPH2102, un nouvel anticorps monoclonal en phase I de développement (la première sur les trois étapes de tests chez l'homme) dans le traitement du cancer.

    Le laboratoire d'outre-Atlantique versera à Innate un premier paiement de 35 millions de dollars (24 millions d'euros), suivi de paiements d'étape en fonction de la réalisation de certains objectifs. Au total, la transaction pourra atteindre 465 millions de dollars. Un niveau de prix en général dévolu aux biotechs américaines, comme l'opération à 530 millions de dollars au maximum conclue entre Sanofi et Merrimack fin 2009. Le contrat signé entre BMS et Innate prévoit également le paiement de redevances de plus de 10 % sur les futures ventes du traitement.

    « En tant que leader global dans le domaine de l'immuno-oncologie, Bristol-Myers Squibb est le meilleur partenaire que nous pouvions envisager pour réaliser pleinement le potentiel de l'IPH2102 », se félicite Hervé Brailly, le PDG d'Innate Pharma, par ailleurs très satisfait du montant élevé du versement initial. De fait, début 2010, Abbott n'avait payé « que » 25 millions de dollars à Pierre Fabre pour son anticorps monoclonal, une molécule biologique utilisée dans la lutte contre le cancer. « Ce premier paiement, ainsi que l'absorption par BMS des coûts de développement que nous avions précédemment à supporter, dégage notre horizon en termes de besoins de trésorerie », poursuit Hervé Bailly. La société de 85 salariés, qui disposait de 30,4 millions d'euros à fin mars, a réduit sa perte nette de 1 million d'euros l'an dernier, à 13,6 millions.
    La treizième perle

    Pour BMS, l'opération entre dans sa stratégie dite du « collier de perles », qui consiste à établir des collaborations avec des entreprises innovantes et leaders dans leur domaine, et cela, à travers le monde. « En quatre ans, nous sommes déjà parvenus à dénicher douze perles. Innate est la treizième. Elle nous permet de nous renforcer en onco-hématologie, l'une des six aires thérapeutiques sur lesquelles nous sommes désormais focalisés, avec la virologie, l'immuno-science, les neurosciences, le cardio-vasculaire et le métabolisme », explique Mike Seeley, directeur général de Bristol-Myers Squibb France.

    Pour le groupe de Princeton, la voie suivie par Innate est d'autant plus prometteuse qu'il a lui-même beaucoup investi en onco-immunologie et dispose de quatre molécules dans ce domaine, dont l'ipilimumab. Déjà homologué aux Etats-Unis sous la marque Yervoy, le produit pourrait arriver en France cette année. Globalement, le domaine est porteur, les anticancéreux figurant au premier rang mondial des traitements, avec 56 milliards de dollars de ventes l'an dernier dans le monde, en croissance de 6,7 % sur 2009. Parmi eux, le chiffre d'affaires des anticorps monoclonaux atteint environ 30 milliards de dollars et connaît une progression de plus de 10 % par an.

    LAURENCE BOLLACK, Les Echos

      La date/heure actuelle est Sam 18 Aoû - 23:51